Qu’est-ce qu’une progression circulaire ?

Définition

Le rôle d’une progression est de répartir les contenus éducatifs sur une durée (l’année scolaire, le trimestre, le mois, la semaine) pour en programmer l’étude. Les progressions sont par nature « énumératives ». Elles ont la forme de listes plus ou moins ordonnées en fonctions de critères propres à l’enseignant. Certains vont adopter la progression des manuels, d’autres vont définir des priorités en fonction de leurs propres objectifs.

Les progressions circulaires se distinguent des progressions usuelles dans la mesure où elles reposent sur un principe clé : les notions abordées doivent être systématiquement réinvesties.

Quel est leur avantage ?

C’est essentiellement leur efficacité.

  • En premier lieu, elles permettent de lutter contre l’oubli, qui est le principal ennemi de l’enseignant. Ce n’est pas sans raison si les programmes annuels reprennent d’une année sur l’autre les mêmes contenus, en les enrichissant toujours un peu plus. C’est parce que les élèves ont en partie oublié ce qu’ils ont appris l’année précédente.
  • En second lieu, elles favorisent une hiérarchisation pertinente des contenus éducatifs. Toutes les notions nécessaires aux nouvelles notions abordées doivent être placées en amont de la progression.
  • En dernier lieu, elles évitent l’éparpillement. Ce qui ne peut trouver sa place dans une progression circulaire est « sorti » du programme. C’est le cas des travaux qui ne favorisent pas le réinvestissement des autres notions, et celui des notions qui ne peuvent être régulièrement réinvesties. Si l’enseignant tient à les aborder néanmoins, il peut le faire, mais la démarche sera différente.

Les progressions circulaires, pour toute ces raisons, conviennent particulièrement bien à l’enseignement du socle commun, les enseignements les plus fondamentaux.

Quel est leur inconvénient?

C’est leur complexité. Il est particulièrement difficile d’organiser les contenus éducatifs de manière à ce qu’ils puissent « s'emboîter » de la sorte. Pour y parvenir, il faut avoir exercé sur l’ensemble des niveaux de l’élémentaire, et commencer la progression par le premier niveau, la petite section.

Pourquoi il n’en existe pas ?

… en dehors de celle qui est proposée sur ce site, et dont nous reconnaissons qu’elle est perfectible.

Les changements de programmes, la présence de contenus éducatifs sans grand intérêt dans ces mêmes programmes, le caractère parfois illogique de leur disposition, sont les principaux freins à la réalisation d’une telle progression. Il existe encore beaucoup d’autres raisons. Nous vous invitons à consulter le site Nouveaux Challenges pour en prendre connaissance, à la rubrique :

« Rompre avec l’éducation de masse et l’échec scolaire« .